Unsere Website ist nicht für deine Browserversion optimiert.

Seite trotzdem ansehen

Initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac ».

Le 13 février 2022, les Suisses vont se prononcer sur l’initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac (enfants et jeunes sans publicité pour le tabac) ».

Cette initiative a été lancées par les principales organisations suisses de la santé parmi lesquelles la Ligue pulmonaire, la Ligue contre le cancer, la FMH et la Société suisse des pharmaciens. Les associations sportives y sont aussi largement associées.

Cette initiative demande principalement d’interdire, pour les produits du tabac, toute forme de publicité qui atteint les enfants et les jeunes.

Le Conseil fédéral et certains milieux économiques de droite la trouvent excessive car, pour eux, interdire toute forme de publicité pour le tabac ciblant la jeunesse va trop loin et contrevient au principe de la liberté économique. Le Conseil fédéral lui oppose, comme contre-projet indirect, la LTab, loi fédérale sur les produits du tabac qui limite, en partie, la publicité pour les produits du tabac.

Les initiants qui ne sont pourtant pas des « intégristes » de la prévention et de la promotion de la santé considèrent que cette LTab ne va pas assez loin. La LTab prévoit effectivement que la publicité pour le tabac ne doit pas s’adresser directement aux mineurs, ni être diffusée à la radio et à la télévision. Elle reste toutefois autorisée dans la presse notamment dans les « gratuits » dont les jeunes sont friands, dans les kiosques, lors de manifestations largement suivies par la jeunesse ou encore sur internet sauf si elle cible directement les jeunes.

Certains cantons, comme Genève, ont adoptés des lois plus strictes en interdisant la publicité pour les produits du tabac dans les lieux publics, sur les affiches et dans les cinémas.

La LTab ne nous permet toujours pas de ratifier la Convention cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et la Suisse reste l’avant-dernier pays à ne pas l’avoir fait.

Nous, PDC-Le Centre, Parti de la famille, devons protéger nos enfants. Un quart des jeunes de 18 ans fume déjà régulièrement ou occasionnellement. Nous avons le devoir de promouvoir le développement de nos enfants et de nos jeunes en bonne santé. La vente des produits du tabac aux mineurs est interdite, raison pour laquelle les enfants et les jeunes ne devraient pas être atteints par la publicité pour les produits du tabac. Or les journaux gratuits et les réseaux sociaux sont des vecteurs privilégiés par l’industrie du tabac pour atteindre les jeunes. On sait que les « gros fumeurs » qui ont beaucoup de difficulté à renoncer à la cigarette ont commencé leur consommation avant l’âge de 18 ans. La Suisse compte environ 2 millions de fumeurs (1 personne sur 4) et de nombreuses études montrent que la publicité incite les jeunes à fumer.

Le canton de Genève a toujours fait figure de pionnier dans la lutte contre le tabagisme et le tabagisme passif et a été le deuxième canton suisse après le Tessin à interdire de fumer dans les lieux publics fermés. Une nouvelle loi encore plus restrictive pour limiter le tabagisme à proximité des écoles et dans les lieux fréquentés par les enfants est en discussion en commission de la santé. Notre parti soutient cette volonté politique et se doit par conséquent de soutenir l’initiative « enfants sans tabac » comme l’a déjà fait notre assemblée des délégués. N’oublions pas non plus l’initiative de notre parti suisse pour freiner les coûts de la santé. Soutenir l’initiative « enfants sans tabac » c’est aussi lutter contre une des causes des coûts de la santé en Suisse. Le tabagisme engendre, en effet, chaque année des frais directs de soins de santé d’un montant de 3 milliards de francs.

Certains s’opposent à l’initiative car elle porterait atteinte à la liberté économique. L’économie supporte les coûts indirects du tabagisme, c’est-à-dire la forte perte de main-d’œuvre lié à l’absentéisme et aux coûts de remplacements dus à la maladie. Ces coûts sont estimés à 2 milliards de francs. La perte économique est donc nettement supérieure à la somme que le secteur de la publicité et les organisateurs de manifestations perdraient en limitant la publicité.

Pour éviter que les jeunes ne rentrent dans la dépendance aux produits du tabac, il est certes important pour nos familles de veiller au comportement de nos enfants mais il est aussi nécessaire de mettre en place un cadre réglementaire. Au niveau de la consommation des produits du tabac, la limitation de la publicité ciblant les jeunes est une nécessité. On ne le répétera jamais assez : la publicité joue un rôle essentiel pour initier les jeunes à la fumée.

Montrons que nous sommes le parti de la famille et ayons un comportement responsable vis-à-vis de nos enfants en votant « OUI » sans réserve à l’initiative « enfants sans tabac » le 12 février 2022 prochain.

Auteur

Engage-toi